#sortir ou #nepassortir

Allées de supermarché
Oui, bien sûr, on doit #resteràlamaison.

Nous organisons à présent les sorties avec rigueur – et parcimonie. Mais il faut bien manger. Et fêter Pâques, même si ce sera cette année un peu spécial.

#RestezChezVous

Hier Cher-et-Tendre a été faire un plein de courses dans le grand hypermarché du centre-ville de Bordeaux (mieux achalandé en frais, et surtout un peu plus loin de la maison, belle balade pour mon sportif de mari qui devient chèvre en #confinement). 45 minutes de file d’attente à l’entrée. Des personnes indisciplinées qui ne respectaient pas les 1 mètre d’écart. Des personnes (souvent les mêmes, d’ailleurs) trouvaient que ça n’avançait pas assez vite.

Petit d’Homme et moi ne sommes pas sortis depuis vendredi dernier. On en meurt d’envie, d’autant plus qu’il fait encore beau ici. Bordeaux est la ville la plus chaude de France depuis plusieurs jours (chat noir du confinement, je vous disais). On a réfléchi à une bonne raison, pour sortir demain : les fêtes de Pâques, donc. Il nous manque des ingrédients traditionnels pour le plateau, ingrédients qui ne se vendent que dans une boutique spécialisée à 1,5 kilomètres de la maison. Une vraie bonne raison. Une vraie bonne balade. Sans Cher-et-Tendre, qui ne sortira que jeudi pour l’hypermarché et les surgelés.

Vous vous occupez comment, en ce moment ?

Cher-et-Tendre fait plein de trucs : du sport tous les matins, la cuisine 2 à 3 fois par jour (selon qu’on ait envie d’un jus frais le matin, il faut bien justifier de la place d’honneur sur le plan de travail de la centrifugeuse), les aller-retours au rez-de-chaussée (depuis notre 3ème étage sans ascenseur) pour vérifier si Animal Crossing a été mis dans la boîte aux lettres…

Même Petit d’Homme ne s’arrête pas. Entre les devoirs, les constructions de Lego, les cours de Lumni sur France Télévisions, les bagarres de Power Rangers avec son père, on arrive même à éviter les jeux vidéos une grande partie de la journée.

Quant à moi, je mange… Le sport, je suis contre. Vigoureusement. Sous toutes ses formes. Avant je pouvais me justifier en disant que je marchais beaucoup (ce qui était à peu près véridique). À présent c’est donc rien de rien. La cuisine, je ne suis pas fan. Je fais bien les omelettes et je fais parfois un gâteau, c’est à peu près tout. Et encore, le gâteau, il doit être dans la section ultra-facile de Marmiton. L’accompagnement de Petit d’Homme en télé-école, on a changé le système. Il travaille tout seul, je corrige chaque page. Ça évite bien des frictions… Et me laisse beaucoup de temps libre. Le télétravail ne m’occupe finalement qu’une petite moitié de la journée. Mes clients sont au ralenti, ma prospection au point mort, mes prochains cours étaient déjà prêts… (reine de la planification, je suis… et je m’en mords les doigts). Le rangement de la maison ne m’amuse plus. Je pense que je vais finir par m’y remettre, mais une fois la pièce de vie terminée (et ma grande fierté du rangement de la cuisine), je manque de motivation… Donc je mange. En plus, je peux le faire devant une série, en lisant un bouquin, en surfant sur Internet…

Promis, demain, je reprends le tricot.

Photo by Brittani Burns on Unsplash

Pour vous abonner au podcast

Revues (et Corrigées) est disponible sur Apple PodcastsGoogle PodcastsSpotifyRadio PublicBreakerPocket Cast, Majelan, Overcast, Anchor, Bullhorn, Podcloud, et Podcast Addict