J’ai dû changer mon fusil d’épaule

La femme est l'avenir de l'homme

Hier soir, je réfléchissais à mon programme de confinement du dimanche, et par conséquent à la thématique que je traiterai dans ce billet, et j’avais envie de prendre soin de moi. Moi qui d’habitude, à la fois par manque d’habileté manuelle et par envie de me faire pouponner, délègue à des professionnels formés pour mes cheveux, mes ongles – je m’arrête là, vous voyez ce que je ne cite pas, n’est-ce pas ?

Mais ça, c’était hier soir. Ce matin, tous mes plans sont tombés à l’eau à cause de la misogynie malsaine de la une du Parisien que vous avez sûrement vu passer sur un ou plusieurs des réseaux sociaux.

Pour écouter les choix directement dans le podcast

Forcément, je ne peux donc pas décemment parler de ces préoccupations traditionnellement féminines – même si Cher-et-Tendre passe plus de temps sur ses cheveux que moi, sans parler des soins prodigués à sa barbe, mais c’est un sujet à part entière -, ce serait mettre de l’eau au moulin des pratiques d’un autre âge. C’est dommage, j’avais prévu des notes d’humour sur ma maladresse, des accents d’autosatisfaction sur ma persévérance, des pointes d’auto-dérision sur ma vanité.

On parle de quoi alors ?

J’ai donc dû revoir en urgence ma stratégie éditoriale – dont vous avez compris qu’elle est aussi incertaine que la date de sortie du confinement. J’aurai pu vous parler des efforts trognon de Cher-et-Tendre pour repasser les affaires de Petit d’Homme – parce que même en confinement, il faut être im-pec-ca-ble. J’aurai pu gentiment taquiner les efforts de post-rationalisation des angoisses de désinfection de mon beau-père qui m’a fait transmettre des articles justifiant ses actions suite à cet article. J’aurai pu vous décrire nos échanges empreints de fou rire pendant qu’on regardait les Aventures de Rabbi Jacob en famille pour la nième fois, mais pour la première fois en linéaire. Mais j’ai surtout été inspirée par un message privé reçu sur le Discord du Digital Pour Tous hier soir à propos de mon podcast, pour appliquer l’intelligence collective et la co-création si chères à nos pratiques.

Hier soir, donc, une de mes compères féminines – pourquoi le mot commère a-t-il une si mauvaise connotation ? – m’a écrit pour me donner son avis sur mon podcast – avis sollicité, je précise. Et bien qu’elle apprécie mon style, mes sujets, même ma voix, elle a eu le courage de me dire qu’elle déteste, mais alors déteste la musique que j’ai choisie en fond d’audio. L’ambiance bar lounge, d’après elle, ne correspond pas à mes chroniques, surtout étant donné la variété d’humeurs ou de sujets. Sa recommandation est donc de ne pas avoir de musique, à part peut-être en intro uniquement. Mais j’ai peur que ça fasse un peu vide, quand même…

J’ai donc été tester plusieurs musiques de fond proposées par l’outil que j’utilise pour enregistrer, mixer, et diffuser mes podcasts sur toutes les plateformes de balado-diffusion – la liste est disponible sur le bandeau de droite.

Sur cette plateforme, donc, Anchor pour ne pas la citer, on peut ajouter aux enregistrements des musiques, ce que j’ai fait avec la même musique depuis le début. Parce que je l’aime bien, parce qu’elle est apaisante, pas trop intrusive justement, et parce que j’avais pas le temps de toutes les écouter aussi (je suis débordée, vous vous rappelez ?).

J’ai donc fait plusieurs essais aujourd’hui : une musique plus punchy, une autre musique plus punchy, une musique différente, une autre musique différente… (oui désolée, il faut cliquer sur les liens, je n’ai pas réussi à intégrer les audios ma4 au blog).

Ou carrément sans musique…

Donc j’en appelle à votre avis et lance le premier sondage de cette chronique du confinement.

[yop_poll id= »1″]

Vous avez une semaine pour voter ou faire voter ! Découverte de la nouvelle musique dimanche prochain. Ou pas.

Photo by Lindsey LaMont on Unsplash

Pour vous abonner au podcast

Revues (et Corrigées) est disponible sur Apple PodcastsGoogle PodcastsSpotifyRadio PublicBreakerPocket Cast, Majelan, Overcast, Anchor, Bullhorn, Podcloud, et Podcast Addict

Si vous appréciez lire ce blog ou écouter le podcast, vous pouvez m’offrir un café ou une coupe de champagne. Et laissez moi un message quand vous le faites, que je puisse vous inviter à en boire un vrai quand on pourra aller en terrasse !