On se calme…

tigres qui se battent
Je commence à en avoir marre de la violence à tous les niveaux.

Vous vous souvenez que je croyais pas trop à la remise en cause de l’absence de sapin suite à la pétition organisée ? Non seulement j’avais raison, mais l’escalade continue… Pierre Hurmic a annoncé qu’il ne reviendrait pas sur sa décision, et au passage, il a traité les signataires de la fameuse pétition de fachos. C’est sûr, ça élève le débat…

Remarquez, quand le Président de la République lui-même traite d’Amish ceux qui demandent un moratoire sur la 5G, il n’est pas loin de jouer sur le même terrain… Avec un tantinet plus d’élégance, certes. Mais quand même.

Vous le ressentez aussi ?

Je n’arrive pas à mettre une date sur le début du changement progressif de tonalité dans les échanges, ça ne date pas d’hier. Mais tous ces noms d’oiseaux, sans débat, sans échanges, sans écoute, me font mal à ma démocratie. À mon humanité, même.

J’en ai assez aussi de ces médias qui me présentent le monde en noir et blanc alors qu’il y a bien plus que 50 nuances de gris…

À force de résumer le monde en 140 caractères, on passe à côté d’échanges fructueux qui nous rendraient sans doute plus intelligents collectivement, non ?

Grosse fatigue

Pas une émission de télé ou de radio sans invectives et manque d’écoute. Pas un seul partage d’infos dans les fils des réseaux sociaux sans une bonne dose de polémique et autres injures. Pas d’acceptation d’un point de vue différent. On doit rentrer dans des cases. Si on n’est pas pour, on est contre.

Je ne sais pas vous, mais il existe pas mal de sujets sur lesquels je ne sais pas encore quoi en penser. La 5G. Les traitements potentiels du Covid19. La contagiosité des enfants pour ce même Covid19. Peut-on séparer l’appréciation des oeuvres et des êtres qui les produisent. Faut-il indexer l’ensemble des services publics (tarifs des entrées dans les musées ou les piscines, tarifs des stationnements résidentiels…) aux revenus des citoyens (encore une proposition d’Hurmic, il est prolifique en cette rentrée). Et tellement d’autres…

Je suis très impressionnée par tous ces gens sur les plateaux télé ou radios, ou sur mon fil Twitter, qui sont absolument persuadés de détenir la vérité ultime. Ça doit être agréable de se lever le matin et d’être sûr de tout et de tout savoir. Perso, j’y arrive pas. En pro non plus d’ailleurs. J’ai des réflexes, une (certaine) expérience, mais si de nouvelles informations arrivent (qualitatives ou quantitatives), je ré-évalue.

Le salut dans la science ?

Je me dis que c’est mon côté scientifique et rationnel. La prise de conscience de la quantité de choses que je ne sais pas, et que d’ailleurs parfois l’humanité toute entière ne sait pas non plus. Comme s’il y a eu de la vie sur Vénus, par exemple.

Mais je n’arrête pas de voir plein de gens qui sont absolument sûrs. Pas parce qu’ils ont étudié, ou fait des recherches, ou fait des expériences. Non. Juste, ils savent. C’est tout. Et pas seulement les illuminés qui cherchent le complot pédo-satanique dans le port du masque.

On s’en sort comment ?

Au-delà du constat, mon réel problème est que je n’ai pas de solution miracle. Ni même pas miracle. Je n’ai pas de solution du tout, en fait.

On peut blâmer les réseaux sociaux, les médias, les religions ou ceux qui les enseignent, les changements de programmes de l’éducation nationale, la démission évidente de certains parents, ceux qui nous gouvernent ou sont censés le faire, mais ça fait pas avancer le schmilblik.

Je crois qu’en fait, le fait de ne pas savoir terrifie beaucoup de gens. Ils préfèrent s’accrocher à des certitudes, même fausses, que d’admettre qu’on n’a pas toutes les réponses.

Pourtant, je crois profondément que l’humanité a progressé parce qu’elle a cherché des réponses. Sans cette quête de réponses, pas de découverte de l’Amérique. Pas de premier pas sur la Lune… Pas de vaccins. Pas d’électricité. Pas d’Internet.

On a arrêté quand ?

J’ai l’impression qu’on a arrêté de chercher des réponses. Comme si on avait tout à disposition, déjà. Mais non. Wikipedia n’a pas toutes les réponses. Google ou Siri non plus. Et en plus, on a commencé à détester ceux qui n’avaient pas les mêmes réponses que nous. C’est là que ça devient très très dangereux. Et quand les élus se mettent à utiliser les violences verbales (heureusement pas physiques) aussi, j’ai l’impression qu’on a touché le fond de l’incompréhension et de l’irrespect. C’est presque pire que des footeux qui se battent sur un terrain (même si c’était nul, quand même).

Je n’ai pas envie d’apprendre à Petit d’Homme qu’on a toutes les réponses. Je n’ai pas envie qu’il croit qu’il n’y a qu’une vérité ni surtout qu’il croit que ceux qui ne sont pas d’accord avec lui sont des ennemis.

Mais il va falloir que je lui répète tous les jours.

Pour vous abonner au podcast

Revues (et Corrigées) est disponible sur Apple PodcastsGoogle PodcastsSpotifyRadio PublicBreakerPocket Cast, Majelan, Overcast, Anchor, Bullhorn, Podcloud, et Podcast Addict

Photo by Frida Bredesen on Unsplash