My two cents

stop
Parce que là, ça commence à bien faire, non ?

Cher-et-Tendre, Petit d’Homme et moi sommes très respectueux des mesures barrière. Depuis le 17 mars dernier, nous avons suivi les consignes. Rempli les attestations. Respecté les distances maximales de périmètre de sortie. Acheté et mis des masques partout tout le temps, y compris Petit d’Homme qui n’y est pas obligé. Stocké du gel hydro-alcoolique pour une décennie. Invité peu de gens à la fois. Évité d’embrasser nos aînés quand on les voit – peu.

On vit quand même. Cher-et-Tendre va à la salle de sports, qui n’a jamais été aussi propre. Je vais faire mes ongles, avec mains qui passent sous un plexiglas de séparation et masque. Petit d’Homme fait ses cours d’échecs. On va au restaurant, en gardant le masque tant qu’on est debout. On fait nos courses. On achète des livres. On espère même aller à un mariage mi-Octobre…

Là je ne comprends plus

Je comprends que les chiffres soient inquiétants et je ne remets pas en cause l’urgence de la situation. Je regarde les infos, je ne crois pas aux complots pédo-satanistes, je n’exhorte pas mes congénères à résister, je n’ai jamais trouvé le port du masque liberticide… parfois un peu lourdingue, certes, mais pas liberticide.

En revanche, je ne comprends pas les mesures prises récemment. À part peut-être sur les bars licence IV qui mettent de la musique et n’enforcent pas les gestes barrière à l’intérieur. Mais fermer la salle de sports de Cher-et-Tendre, par exemple, je ne comprends pas.

Pourquoi c’est si compliqué

Pire, je pense que les mesures seront contre-productives. Parce que je reste persuadée que les pires endroits de contamination ne sont pas les lieux publics ou les restaurants – avec toujours l’exception des bars qui n’enforcent pas les gestes barrières. Je suis persuadée (mais j’ai peut-être tort) que ce sont les réunions privées. Fêtes étudiantes, réunions de famille, anniversaires entre amis… Où les gens se relâchent sous l’effet de l’alcool, du manque d’avoir embrassé sa grand-mère, ou de par la proximité affective qui peut générer un excès de confiance (vous avez dit biais cognitif ?). Bref, fermer les salles de sport où les membres se regardent avec suspicion et les employés désinfectent toutes les 2 minutes ne va pas changer la donne.

Donc je pense que les mesures seront contre-productives. Parce que ça va multiplier les réunions privées, ces nouvelles restrictions. Comme ils ne peuvent pas nous interdire de nous réunir chez nous sauf à remettre le confinement, ils ne peuvent que recommander de limiter à 10 le nombre de participants aux réunions privées, mais qui va compter ? Vous pensez vraiment que les étudiants vont rester sagement chez eux à présent que les bars sont fermés ? Je suis convaincue qu’ils vont aller s’entasser dans leurs minuscules studios dans lesquels, même s’ils respectent le chiffre de 10 – et rien n’est moins sûr – ce sera sans doute plutôt collé-serré…

Donc je suis officiellement en désaccord

Pour la première fois, je suis en désaccord. Pas en désobéissance civile, parce que je pense que ça ne fera pas avancer le shmilblik. Il est très intérieur, mon désaccord. J’ai toujours été plutôt légaliste, au grand dam de Cher-et-Tendre qui est un peu plus sur la ligne que moi. Moi il me faut de l’espace entre la ligne et moi.

Sur le masque, en plus, je suis d’accord. C’est difficile de faire de la désobéissance civile sur la fermeture des salles de sports quand on est un particulier.

Je pense sincèrement que les mesures prises ne vont rien éviter. Si les chiffres baissent quand même, ce sera sans doute parce que comme nous, de nombreuses personnes auront compris qu’il ne faut pas faire la fête, pas embrasser en privé, approcher le moins possible les personnes fragiles… Mais comme la seule façon de s’assurer que les gestes soient respectés en privé est d’imposer à nouveau un confinement, ils font un pas de côté. Dans la direction du mur.

Il aurait fallu faire quoi ?

J’aurai franchement préféré qu’ils multiplient les vérifications dans les bars – pour éviter que ceux qui respectent les règles et les imposent à leurs clients paient pour ceux qui ne le font pas pour vendre 3 bières de plus… J’aurai préféré qu’ils nous montrent des images de personnes en réanimation aux infos plutôt que des images de file d’attente pour aller se faire tester. J’aurai préféré qu’ils insistent sur la responsabilité en privé plutôt que de fermer – à nouveau – les salles de sports. J’aurai préféré qu’ils rappellent que les réunions privées sont à l’origine de la majorité des clusters plutôt qu’ils limitent les événements organisés par des professionnels à 1000 et ce indépendamment du lieu, de sa taille, du fait que ce soit intérieur ou extérieur…

Et pendant que l’événementiel se meurt, ils gardent les cinémas et les théâtres ouverts. Vous croyez vraiment que les employés vont aller vérifier dans le noir si les masques sont gardés ? Ils ne sont plus à une incohérence près, remarquez. Et je suis ravie pour le secteur culturel, cela dit.

Alors je ne vais pas vous exhorter à vivre quitte à en mourir, non. Mais j’aurai aimé que le gouvernement admette que c’est à cause de #lesGens qui font n’importe quoi qu’on en est là, pas à cause des professionnels de la restauration, de l’hôtellerie, de la nuit, du sport, ou de l’événementiel.

Je suis en colère. Vraiment.

Pour vous abonner au podcast

Revues (et Corrigées) est disponible sur Apple PodcastsGoogle PodcastsSpotifyRadio PublicBreakerPocket Cast, Majelan, Overcast, Anchor, Bullhorn, Podcloud, et Podcast Addict

Photo by Jose Aragones on Unsplash