Vague de froid

boule de noel où il y a écrit "noel" dessus sur un sapin
J'aime pas l'hiver...

Le premier confinement, c’était le printemps. Un printemps particulièrement chaud d’ailleurs. Et puis c’était le premier. On était à la fois terrifiés et excités d’une période inédite.

Là, c’est long

Le deuxième confinement, qui n’en est pas vraiment un puisqu’on a à peu près le droit de tout faire sauf aller à un événement, manger au restau et prendre un télésiège, est plus difficile à vivre.

D’abord parce que c’est long. C’est très long. On a des échéances, certes, mais qui nous paraissent si lointaines dans les jours qui raccourcissent. Parce que la deuxième variable vraiment différente, c’est la date et la météo. Quand les jours s’allongeaient au premier confinement, il fait à présent nuit pendant les devoirs de Petit d’Homme – et il ne va plus à l’étude. C’est tôt.

‘Tis the season to be jolly

La la la la la, la la, la la.

Pas une fan de Noël, je vous l’ai déjà dit. Mais pour Cher-et-Tendre qui est un immense fan, et Petit d’Homme qui est, donc, petit, j’essaie de faire ce qu’il faut.

Dimanche, grosse surprise : le marchand de sapin qui vient d’habitude au marché de Noël en bas de chez nous tous les ans est quand même là, même si le marché de Noël, lui, n’y est pas. On a donc été chercher le sapin de l’année. Nordmann, 2 mètres, touffu comme il faut, une pure splendeur.

En plus, l’an dernier, c’est la mère de Cher-et-Tendre qui avait défait le sapin et rangé les décorations. D’une efficacité redoutable, aucune guirlande électrique n’était emmêlée, ce qui nous a fait gagner à peu près 3 heures 40 dans la décoration du sapin.

En parlant de décoration du sapin, j’aime les sapins monochromes, épurés, si possible sans couleurs flashy et surtout pas de rouge. Cher-et-Tendre aime les boules multicolores, les casse-noisette, les ornements divers et variés. Petit d’Homme aime poser sur le sapin tout ce qu’il a créé depuis ses 3 ans. À votre avis, à quoi ressemble notre déco donc ?

Gagné. Des guirlandes lumineuses multicolores, des ornements Lego du calendrier de l’Avent de l’an dernier sur de la ficelle de cuisine, et des boules avec du rouge partout : monochrome, chapeau dessus, chapeau pointu…

Mais c’est quand même une bonne semaine qui s’annonce

D’abord, on a le sapin, donc. Tout flashy qu’il est, il sent bon le sapin, et n’en déplaise à la formule consacrée, moi j’aime quand ça sent le sapin.

Ensuite, Cher-et-Tendre peut recommencer à bosser, et il est super content. C’est un peu le bordel au niveau des trains – il n’y en a pas beaucoup, forcément, et ils sont plus chers que d’habitude, mais il ira à Paris mercredi, et à partir de la semaine prochaine même dès le mardi soir.

Petit d’Homme est surexcité par les fêtes, et ça le déconcentre un peu mais ça le motive aussi. J’applique la bonne vieille méthode de la carotte. Ça marche toujours.

Je fabrique les cadeaux habituels de fin d’année. Depuis la naissance de Petit d’Homme, j’offre à ses grands-parents un livre photo à toutes les fins d’année. 3 mois d’abord, puis 9 mois, et depuis ses 2 ans le livre de l’année. Et même si c’est une vraie galère – choisir les photos, les télécharger, mettre en page, trouver les légendes… c’est aussi un réel bonheur que de se replonger dans les moments immortalisés qu’on a passés ensemble – ou séparément d’ailleurs. Même si je commence à me demander à quel âge de Petit d’Homme je vais arrêter. 11 ans pour l’entrée en sixième ? 13 ans pour la Bar-Mitsvah ? 18 ans pour le bac ?

Je bosse aussi, quand même

J’attends avec impatience mon cadeau que je me suis fait à moi-même pour cette fin d’année si particulière. Un bureau assis-debout. Parce que j’en ai marre d’avoir mal au dos tous les soirs et tous les matins. Forcément, je fais 8 heures ou plus de visio par jour, collée à la même chaise, sans sortir prendre l’air comme entre deux rendez-vous où je vais à pied d’habitude.

Ça va en plus nous obliger à ranger un peu la salle à manger qui va hériter de mon ancien bureau. J’ai même réussi à faire envisager à Cher-et-Tendre de commencer à réfléchir à jeter des trucs. Une vraie victoire. Je vais faire une pause de boulot de 2h pour ça, et être un peu debout, avant que le bureau n’arrive.

De toutes façons, bosser, j’ai un peu que ça à faire. C’est pas comme si on pouvait partir en vacances, au soleil ou au ski.

Ça me fait penser, après Noël, c’est le Nouvel an, non ? Pff….

Pour vous abonner au podcast

Revues (et Corrigées) est disponible sur Apple PodcastsGoogle PodcastsSpotifyRadio PublicBreakerPocket Cast, Majelan, Overcast, Anchor, Bullhorn, Podcloud, et Podcast Addict

Photo by Angelina Jollivet on Unsplash