Stratégie Zéro Covid

Coronavirus en lettres de Scrabble
Mais ils sont bêtes ou quoi ?

J’ai l’impression que depuis 11 mois, on vit dans un monde de fous. De dingues. De gens à la base intelligents qui ont posé leur cerveau pour le remplacer par les vanity metrics les plus vaines, de l’audimat au nombre de followers sur ClubHouse.

La dernière folie en date

Donc histoire de bien relancer la polémique et être sûrs de bien remuer la m…, on entend parler depuis quelques jours de la stratégie extraordinaire de l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Bien sûr, accompagné de récriminations sans fin sur le pourquoi la France n’a pas eu cette idée géniale avant. Au point que Petit d’Homme, devant Quotidien mardi soir, affirme du haut de ses 9 ans et demi que ça ne le dérangerait pas de se confiner pour vivre « normalement » ensuite.

Sauf que… C’est pas si simple que cela. Et comme d’habitude, les journalistes ne posent pas les bonnes questions. Heureusement que j’en connais des très biens, de journalistes, sinon je désespérerai de la profession toute entière… Surtout quand ils survolent un sujet devant mon fils (et un peu celui de Cher-et-Tendre aussi, je le dis au cas où il lit, c’est rare mais on ne sait jamais, je ne veux pas d’embrouilles).

Les différences

Déjà, les journalistes qui posent la question de la stratégie « zéro Covid » inspirée de down under n’ont jamais regardé une mappemonde ou fait tourner un globe. La faute à leurs parents, leurs enseignants, leur vanité, je ne sais pas, mais c’est quand même pas compliqué de comprendre qu’on parle d’îles. Grande, pour l’Australie, mais une île quand même.

Donc non, on ne peut pas fermer les frontières de la France comme on le fait d’une île. Déjà parce qu’il y a l’Europe, et que ça fait mauvais genre. Ensuite parce que les frontières terrestres, ça n’a jamais arrêté personne. Même quand on y construit des murs. Enfin parce qu’avec le nombre de frontaliers qu’on a, on mettrait des régions entières à l’arrêt… de part et d’autre de la frontière. Petit d’Homme a suggéré à ce moment là de mon explication qu’on les teste une fois par semaine. Ou tous les matins. Avec les chiens, ça pourrait passer. Avec des vrais tests, impensable en logistique – et en invasion nasale…

Et puis surtout, parce que c’est intenable sur la durée. Même Federer n’a pas voulu aller à l’Open d’Australie à cause de la quatorzaine imposée aux voyageurs. Bon, je sais, ça devait être une excuse, parce qu’il a fini par y aller quand même pour coacher Nadal. Mais c’était une bonne excuse.

Les medias

Je suis donc de nouveau fâchée avec les medias, qui simplifient à l’extrême des sujets complexes. Pour ou contre la stratégie Zéro Covid. Pour ou contre le passeport vaccinal – alors que je vous rappelle qu’on ne sait toujours pas si on peut transmettre le virus une fois vacciné. Pour ou contre le gouvernement, pour qui chaque décision devient un référendum populaire à la limite de la motion de censure. Pour ou contre telle ou telle phrase de tel ou telle ministre, sortie de son contexte, histoire de bien attiser les foules…

Les réseaux sociaux

On vit la même chose sur les réseaux sociaux, ClubHouse en tête, d’ailleurs. Avec la différence que sur ClubHouse, quand j’ai osé questionner les affirmations de certains gourous auto-proclamés du hack de la mort qui tue pour être le plus beau le plus fort (désolée, pas d’écriture inclusive, je n’ai vu que des hommes jouer à ce jeu-là), j’ai été assez in-cérémonieusement re-basculée dans l’audience silencieuse. Their loss. Mais assez révélateur de la philosophie ambiante de « si tu n’es pas avec moi, tu es contre moi ».

Le degré zéro de la pensée critique donc. Je savais bien qu’il y avait un zéro quelque part qui valait la peine d’être mentionnée…

Pour vous abonner au podcast

Revues (et Corrigées) est disponible sur Apple PodcastsGoogle PodcastsSpotifyRadio PublicBreakerPocket Cast, Majelan, Overcast, Anchor, Bullhorn, Podcloud, et Podcast Addict

Si vous appréciez lire ce blog ou écouter le podcast, vous pouvez m’offrir un café ou une coupe de champagne. Et laissez moi un message quand vous le faites, que je puisse vous inviter à en boire un vrai quand on pourra aller en terrasse !

Photo by Glen Carrie on Unsplash