J-3

Terrasse de café
Ou plutôt J-6

On y arrive, on tient le bon bout, les terrasses rouvrent dans 3 jours !!!

Si vous me lisez ou m’écoutez depuis un moment, vous savez que c’est ce qui me manque le plus, les terrasses.

Les terrasses

La terrasse du café du matin avec les newsletters d’infos (j’en lis beaucoup, mais alors beaucoup).

La terrasse de fin de matinée, juste avant le coup de feu du déjeuner, avec un appel à une copine.

La terrasse du déjeuner, avec un contact pro, une amie de longue date, ou juste Cher-et-Tendre en « date » improvisée.

La terrasse du goûter, avec de la chantilly plein les fraises à regarder les gens passer avec Petit d’Homme.

La terrasse de l’apéro du crépuscule, avec des potes ou à nouveau Cher-et-Tendre, pendant que la nounou s’occupe des devoirs et du bain de Petit d’Homme.

La terrasse du dîner, avec des amis de passage à Bordeaux à qui on fait visiter la ville et la vue sur la cathédrale.

Bref, les terrasses me manquent

On a réservé d’ailleurs une terrasse pour le dîner de samedi soir. Tôt, le dîner, couvre-feu à 21h oblige, mais terrasse quand même. Les parents de Cher-et-Tendre, fraichement immunisés contre la Covid, nous rendent visite pour la première fois depuis… pfff… longtemps, et on va donc fêter ça dignement.

Je vais aussi essayer de me faire une terrasse à Paris jeudi soir, parce que je serai à Paris jeudi soir. Pas encore réservée, j’ai un peu peur que tout soit pris d’assaut, mais bon, on ne sera que deux, on va se débrouiller.

Et puis mercredi, dans la journée, si on en trouve une avec de la place… On s’assiéra.

Sauf si…

La course à la dose

Sauf si on trouve une dispo pour se faire vacciner.

Parce que ni Cher-et-Tendre ni moi n’avons 50 ans, et que (heureusement) nous n’avons aucune raison d’être prioritaire. Alors tous les matins et tous les soirs, on regarde Chronodose (encore merci Guillaume Rozier). Le matin, il reste des places pour mercredi, le soir, non. On s’éloigne de plus en plus…

Pourquoi mercredi ? Parce qu’on aura un véhicule à notre disposition, et que les centres au Pfizer (on est trop jeunes pour l’Astra Zeneca) accessibles en transport en commun sont pleins jusque dans 3 semaines.

Se faire vacciner maintenant, c’est garantir qu’on aura la deuxième dose avant cet été. Je ne quitte pas la France, mais Cher-et-Tendre si, et ça lui évitera le test PCR désagréable.

J’évite le sujet qui m’obsède

En fait, je meuble, là. Sur les petits riens qui font nos vies depuis le début de toute cette histoire de virus, de tests, de masques, de confinement, de couvre-feu, de règles, de gestes barrières, de fermetures, d’interdits, de recommandations, de vaccins, de variants…

Mais en fait, le sujet que j’ai en tête depuis ce matin, c’est ce jeune homme de même pas 15 ans qui aurait poignardé cette jeune femme, Marjorie, 17 ans. Mineurs tous les 2. Comme Alisha. Sauf que là ce n’est pas un couple meurtrier, c’est juste un adolescent.

Comment on en arrive là ? Comment un (jeune) adolescent n’a d’autre solution que de passer à la violence avec arme blanche ? Comment on explique cela à son propre enfant, à des kilomètres de là ?

Les mots me manquent toujours, dans ces cas-là.

Alors je pense aux terrasses. Ça fait rêver, les terrasses. Et si couteau il y a, ce sera pour partager une planche de fromages ou étaler du beurre sur du pain frais.

Et on n’aura même pas à faire la vaisselle.

Pour vous abonner au podcast

Revues (et Corrigées) est disponible sur Apple PodcastsGoogle PodcastsSpotifyRadio PublicBreakerPocket Cast, Majelan, Overcast, Anchor, Bullhorn, Podcloud, et Podcast Addict

Si vous appréciez lire ce blog ou écouter le podcast, vous pouvez m’offrir un café ou une coupe de champagne. Et laissez moi un message quand vous le faites, que je puisse vous inviter à en boire un vrai quand on pourra aller en terrasse !

Photo by Krisztina Papp on Unsplash