Alphabet grec

Lettres A B C en pâte dans un bol de soupe à la tomate
Y'a combien de lettres, déjà ?

Je continue de suivre l’évolution de la pandémie qui occupe nos vies (et ces pages) depuis 15 mois, et je suis quand même inquiète d’un truc.

On est passé de Delta à Kappa.

Langues mortes

Je n’ai jamais fait de grec, au collège et au lycée. Du latin, bien sûr, avec allemand première langue pour bonne mesure, dans l’espoir parental que cela me forme le cerveau de la bonne manière, et me fournisse des profs d’un bon niveau, à l’époque révolue où les options étaient limitées et segmentantes.

Mais même sans avoir étudié le grec ancien, je sais qu’après Delta, c’est Epsilon, pas Kappa. Il y a même un paquet de lettres entre Delta et Kappa. Je ne me rappelle pas de toutes par coeur, et j’ai dû demander à Wikipedia de m’aider. Je confirme : un paquet. Epsilon, Zêta, Êta, Thêta, Iota… Kappa.

Ils sont où alors, les variants correspondants ? Sans compter qu’on a aussi droit au Delta Plus, donc il peut y avoir 2 à 3 variants par lettre passée sous silence.

Ouh là là, je deviens complotiste…

La beauté de la nature

J’ai déjà eu l’occasion d’exprimer mon admiration pour ce mécanisme de la nature qu’est la mutation du virus. Programmé pour survivre et se multiplier, il trouve les ressources nécessaires, quitte à s’altérer, pour survivre, donc. Et se multiplier.

Et nous, les humains, on court après nos chaussures.

Lisbonne se reconfine, Israël remet les masques en extérieur, la Nouvelle-Zélande referme le pont aérien avec l’Australie, et on observe les premiers morts de ce variant dans le Gers (non vaccinées, je précise). Stop et encore. Et stop à nouveau.

Parenthèse enchantée

Alors cet été ne sera qu’une parenthèse enchantée dans un tunnel de restrictions ? On va repartir en Septembre – ou Octobre dans le meilleur des cas – comme à la Toussaint l’an dernier, avec fermeture des restaurants, couvre-feu, et retour du masque à la récré en primaire ?

Je ne sais pas. Personne ne sait, d’ailleurs. On vit depuis 15, 16 mois en naviguant à vue. En adaptant nos pratiques avec retard. En observant les effets de mesures sur une durée pendant laquelle tout peut déjà changer.

Je vous ai déprimé·e ? Désolée. C’est épuisant, nerveusement, toutes ces fausses joies, en fait.

Mais l’été arrive

Enfin l’été, on est gentil, parce que la météo fait encore des siennes et les orages n’arrêtent pas.

Alors les Français pensent à leurs vacances, préfèrent repousser la vaccination à plus tard, quand ils auront moins de choses à faire ou plus de recul sur la vaccination des autres, et on est à présent à 20M de vaccinés complets pour seulement 30 et quelques millions de premières doses. C’est pas une bonne chose, soyons clair (et oui, j’ai mon cycle vaccinal complet).

Petit d’Homme n’a déjà plus ni évals ni même devoirs à la maison. Il rapporte chaque soir des cahiers qu’il n’utilisera plus, et à regarder la pile sur son bureau hier je me disais qu’il passerait la dernière semaine à regarder des films ou lire à la bibliothèque, sans doute. Ils n’auront même pas sport ni anglais, apparemment. Il est plutôt content. Je comprends, cela fait déjà 10 semaines d’affilée qu’il a école depuis les dernières vacances scolaires, une aberration du calendrier français. Plutôt que décaler les vacances de Février à début Mars et risquer que les vacances de Pâques ne profitent pas aux professionnels de la montagne, je crois. 5 semaines entre les vacances de Noël et celles de Février, mais 11 entre celles de Pâques et les grandes vacances.

Et cette année, les grandes vacances seront grandes pour moi aussi. Épuisée, je suis. Lessivée. Besoin de recharger. De débrancher. De buller. De lézarder. De rigoler. De penser.

Je vais faire une pause

Je ferai donc une pause aussi dans ces écrits / épisodes comme l’an dernier. Mais cette année, je vous prépare une surprise, et le podcast continuera de vous proposer quelque chose 2 fois par semaine. Chut… c’est une surprise, j’ai dit.

Politique régionale

Ah oui, allez voter, quand même. Ça n’a pas été fameux dimanche dernier, mon appel au vote, malheureusement.

Je vis comme vous le savez à Bordeaux, donc en Nouvelle-Aquitaine. Nous avons droit à une quinquangulaire. Oui, quinquangulaire. Et ça c’est pas du grec. C’est du latin.

Pour vous abonner au podcast

Revues (et Corrigées) est disponible sur Apple PodcastsGoogle PodcastsSpotifyRadio PublicBreakerPocket Cast, Majelan, Overcast, Anchor, Bullhorn, Podcloud, et Podcast Addict

Si vous appréciez lire ce blog ou écouter le podcast, vous pouvez m’offrir un café ou une coupe de champagne. Et laissez moi un message quand vous le faites, que je puisse vous inviter à en boire un vrai quand on pourra aller en terrasse !

Photo by Sigmund on Unsplash