Ça va mieux ?

Je ne suis pas si sûre... Un peu quand même.

Journée shopping

Nous sommes donc au deuxième week-end du déconfinement, et nous avons tenté le shopping à 3 pour la première fois, Cher-et-Tendre, Petit d’Homme, et moi. On avait une longue liste en plus, 4 boutiques dans lesquelles passer, donc masques, gel hydro-alcoolique, etc. à portée de main tout le temps.

Oui, à portée de main. À plus de 1 mètre des gens, on n’a pas à porter le masque, et franchement, quand on vapote, le masque en rue, c’est pas pratique. On fait attention de le tenir par les élastiques. De toutes façons, le masque, ce n’est pas agréable. Je m’en suis rendue compte pendant les 2 heures qu’a duré mon rendez-vous pour mes ongles le premier jour du déconfinement. J’admire les employés de magasins ou d’instituts forcés de le porter à longueur de journée.

Shopping donc. Rien de bien fou, du liquide de vape, deux marques de fringues, et un petit tour à Micromania pour récupérer les bonus de la commande de Animal Crossing – puisqu’ils avaient dû envoyer le jeu par la Poste. Mais sympa quand même.

Tout comme avant ?

Nous sortions généralement le samedi matin avant le confinement – le quartier piéton et commerçant de Bordeaux déborde de monde les après-midi de samedi et dimanche. Nous n’avons donc pas dérogé à nos habitudes pour cette première fois, et il n’y avait ni plus ni moins de monde que d’habitude. Petites différences : quelques masques dans la rue – mais nous n’étions pas les seuls à ne pas les porter en rue, et comme nous ceux sans masques s’éloignaient au moment de croiser des gens -, du gel à toutes les portes de magasin ou restaurant à emporter, quelques marques au sol devant les magasins les plus fréquentés… et c’est tout.

La seule vraie différence, ce sont les enseignes fermées. Bars, restaurants, bistros, cafés… Pas une terrasse. Enfin, si, une, une petite table devant un bistrot, où normalement les tables sont très nombreuses, et normalement blindé de 10h du matin à minuit tous les jours. Une seule table, avec 2 cafés posés et deux messieurs qui discutaient. Sans doute des gens qui travaillaient là. Ce bistro est officiellement ouvert pour des boissons à emporter. J’étais jalouse. Et il pleuvait. C’est dire si la terrasse me manque…

Mais ce n’est pas le coeur du sujet

Les nouvelles ne sont pas si rassurantes que ça. Certes, majoritairement, les gens ont l’air raisonnables. Les magasins sont équipés. Les salariés en télétravail le restent, sauf journée de retrouvailles ou autre réunion indispensable.

Mais en Allemagne, tout juste 2 semaines après l’autorisation de procéder aux offices religieux, une cinquantaine de personnes sont en quarantaine, dont 40 positives, 6 d’entre elles déjà hospitalisées.

Une étude menée par The Lancet fin Mars dont les résultats viennent d’être publiés annonce que 26% des Français refuseraient le vaccin s’il était mis au point.

De nombreuses entreprises commencent à licencier, à se mettre sous la protection des tribunaux de commerce, voire à déposer le bilan… Et ce n’est que le début.

Certains chefs d’entreprise en profitent pour demander un allègement des normes environnementales « trop contraignantes », « trop chères ». Un pas en avant, 3 pas en arrière, 2 pas sur le côté…

Le débat sur l’efficacité de l’hydroxycholoroquine n’est pas clos, loin de là. Les études se multiplient et se contredisent toutes les unes les autres… On ne sait donc toujours rien ?

Bref, ça n’est pas très rassurant

Le grand soir du monde d’après n’aura sans doute pas lieu.

Et en plus il pleut. Même sur mon île d’Animal Crossing. Mais sur mon île, au moins, ça sert à arroser les fleurs… C’est joli les fleurs, sur Animal Crossing.

Photo by Daniel Krueger on Unsplash

Pour vous abonner au podcast

Revues (et Corrigées) est disponible sur Apple PodcastsGoogle PodcastsSpotifyRadio PublicBreakerPocket Cast, Majelan, Overcast, Anchor, Bullhorn, Podcloud, et Podcast Addict